• 10 - 4

     10 - 4

       Lorsque Johanne ouvrit les yeux, elle découvrit immédiatement la peluche de son enfance. Elle la serra contre son cœur. Il l’avait conservée depuis tout ce temps ! La colère folle qu’elle ressentait la veille à l’égard du fils de Vega avait disparu sans laisser de traces. Contrairement à son habitude, elle se leva en hâte, s’habilla très rapidement et sortit de sa chambre. « Où est-ce que je suis ? » s’étonna-t-elle à haute voix, ne reconnaissant pas le vaisseau amiral de la Révolution.

    - Sur le Dragon ! rétorqua la voix synthétique qu’elle reconnut aussitôt.

    - Dragon ! Je suis si contente ! Comment…

    - Ta mère est revenue me chercher pour venir à ta rescousse. Mes réacteurs sont bien plus puissants et rapides que tu ne peux l’imaginer…

    - Ma mère est là ?

    - Elle est en visio conférence avec ton père et des chefs de la Révolution.

    - Et… Sais-tu où est Don ?

    - Tu parles de Donatien Fox-Genery, aussi connu sous le pseudonyme de commandant Sham ?

    - Oui ! Où est-il ?

    - Il dort encore à bord de son propre vaisseau, qui est à l’intérieur de ma cale inférieure. »

      Elle quitta sa cabine en courant pour rejoindre le Hook, complètement essoufflée.

      Donatien était étendu sur sa couchette, le torse nu, les traits calmes et détendus. L’entaille faite par Wolf avait été soignée puis recouverte d’un pansement. Elle s’agenouilla auprès du lit. Elle posa ses lèvres sur la joue de l’homme endormi, le long de la fine cicatrice. Donatien s’était réveillé dès l’entrée de la jeune femme, mais il se garda bien d’ouvrir les yeux.

     10 - 4

    Johanne resta plusieurs minutes à le contempler, hésitant sur ce qu’elle allait faire. Elle se leva sans faire de bruit. Elle n’oserait pas le réveiller. Et puis, pour qui allait-il la prendre, s’il la trouvait là ? Les remarques qu’il lui avait faites, à propos du dossier d’Amalric, résonnèrent désagréablement dans sa mémoire. Il ne devait surtout pas la trouver là ! Lorsqu’elle se retourna pour fermer la porte de la cabine, elle resta figée. Sa couchette était vide. Elle fit un pas à l’intérieur de la pièce.

    - C’est moi que tu cherches, ma belle ? murmura la voix grave dans son dos.

      Donatien sourit de sa surprise, la repoussa doucement à l’intérieur et referma la porte d’un geste sûr.

    - Maintenant que tu es venue, tu ne vas pas repartir si vite ? lança-t-il. Que me vaut l’honneur de ta visite ?

      La jeune femme baissa la tête. Il lui releva le menton doucement.

    - Je… Je suis désolée… Je ne voulais pas… enfin te réveiller…

    - Tu n’es plus en colère contre moi ? s’enquit-il, amusé de son trouble. Il songea qu’il ne l’avait jamais trouvée aussi attirante qu’à ce moment.

    - Je te demande pardon.

    - Tu dois répondre à ma question ! insista-t-il. Pourquoi es-tu venue ?

      Johanne recula d’un pas.

    10 - 4

     - Tu le sais très bien ! s’écria-t-elle, agacée de son ton un peu moqueur. Ou alors, ce n’était que du baratin sur la planète grise ?

      Donatien l’attira contre lui. Il l’embrassa brièvement sur les lèvres pour lui couper la parole.

    - Johanne, tu es une petite folle ! murmura-t-il tendrement. Je ne me moque pas de toi. Simplement, avec ce qui t’est arrivé… Ce qui a failli se reproduire… Je ne veux simplement pas te brusquer.

      Son regard gris devint plus clair que jamais quand la jeune femme se haussa sur la pointe des pieds. Elle l’embrassa, avec une passion qu’il n’aurait jamais soupçonnée.

    10 - 4

     - Donatien, je crois… Je t’aime. souffla-t-elle. Veux-tu me faire oublier toute cette douleur ? Veux-tu de moi ? Malgré Amalric ? Malgré tous les autres avant lui ?

      Ses yeux suppliants bouleversèrent profondément Donatien. Il la prit par les épaules pour l’éloigner un peu de lui.

    - Johanne, quand j’étais ado, j’ai lu un très vieux livre. Le héros disait à l’héroïne : « Je te veux et qui que tu sois, je te prends ! Je ne te demande pas compte du passé, mais réponds-moi de l’avenir ! » Et il lui faisait jurer fidélité sur ses pistolets en lui disant « Si tu manques à ton serment, eux ne te manqueront pas. »

    - Le serment de la flibuste ! murmura-t-elle en baissant les yeux. Elle sourit soudain en comprenant ce qu’il voulait dire. Elle posa la main sur le blaster pendu à sa ceinture. « Je te le jure ! »

      Donatien la souleva brusquement dans ses bras.

    - Alors maintenant, ma belle, tu vas tout oublier ! Tout ce qui n’est pas moi !

     

    Suite du chapitre 10


  • Commentaires

    1
    Parthenia Profil de Parthenia
    Lundi 17 Juin 2013 à 09:44

    Je sais qui Donatien cite ! Je sais qui Donatien cite !

    Donatien cite le beau corsaire Vincent !!

    2
    Koelia Profil de Koelia
    Lundi 17 Juin 2013 à 11:18

    Lol je savais qu'on avais les mêmes références!!!!

    3
    Anarazel Profil de Anarazel
    Mardi 18 Juin 2013 à 19:12

    De la douceur après toute cette bagarre, ça ne fait pas de mal !

    4
    Ness Profil de Ness
    Lundi 15 Juillet 2013 à 23:53

    Un mot : j'adore !

    5
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 13:38

    Ils sont trop mignons <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :