• 11 - 2

      Elles mirent trois jours à rejoindre la station de transfert à bord d'un des mini chasseurs du Dragon. Leur plan avait été bétonné. Elles étaient censées être des chercheuses indépendantes affiliées à l’université de Baire. Elles avaient fait un crochet sur l'astéroïde Echoera, encore non exploité. Les banques de données du Dragon signalaient des filons de métaux rares. L'information avait été oubliée depuis sa découverte et personne n'avait daigné s'intéresser de nouveau à la petite boule de roche. Les échantillons prélevés, leur alibi était complet et elles repartirent le coeur battant vers le véritable but de leur expédition.

     11 - 2

     « Tu es sûre des coordonnées, Syndël ? Je ne vois rien sur les écrans, à part la masse de Destran !

    - Parfaitement sûre ! Ça doit être juste derrière la plus petite des trois lunes, là-bas.  Héééé ! Fais gaffe !

    - Désolée ! Il y a quelques astéroïdes résiduels ! »

      Johanne avait brusquement basculé la petite navette qui plongea dans le triple cône d’ombre créé par la position des trois satellites naturels autour de la planète Destran. Cette planète très éloignée de Rhyway n’était pas propice à la vie. Elle se trouvait beaucoup trop près de son soleil rouge. Ses trois lunes semblaient tourner autour d’elle de manière parfaitement synchronisée, créant une zone noire toujours dans l’ombre.

      Tandis que leur appareil pénétrait dans l’obscurité, la surface métallique d’une station orbitale se révéla sous leurs yeux fascinés.

    « Le camouflage parfait ! murmura Syndël, admirative. Impossible à détecter. Le nec-plus-ultra de la science militaire. J’espère que les codes fournis par le Dragon sont toujours valables !

    - Ils le sont ! »

      Une rampe d’amarrage se déploya lentement, leur permettant d’accoster. Le cœur battant à se rompre, les deux jeunes femmes passèrent les différents sas pour rejoindre le centre névralgique. L’écran de contrôle s’éclaira lorsque Johanne s’installa sur un des sièges. A leurs yeux apparut le compte-rendu détaillé des dernières opérations. Tous les ans, la station envoyait une navette automatique de contrôle sur le train d’ondes pour entretenir le système. La dernière était revenue un mois auparavant, sans problème. Le trajet durait quatre mois entre cette station et sa sœur jumelle, située derrière la planète Mars dans le système solaire de l’ancienne Terre. Apparemment aucun événement marquant n’avait été relevé par les capteurs, à part un fonctionnement idéal. Le train d’ondes était prêt à accueillir le Dragon pour l’emmener de l’autre côté de l’Univers.

      Elles échangèrent un regard ému. L’espoir grandissait.

     11 - 2

     (J'arrive pas à retrouver l'auteur et le site où j'ai trouvé l'image de fond. Désolée, si ça vous dit quelque chose, pssez moi l'info et je créditerai l'auteur!)

      Le retour sur Aïrys ne fut pas aussi simple. Au bout d’un jour et demi, l’alarme se déclencha.

    « Un croiseur de l’Union. murmura Syndël. Là, je crois qu’on est cuites.

    - Pas forcément ! Si on cherche à l’éviter, ils nous arraisonneront. Si on passe tranquillement, en donnant les identifiants fournis par Camille, on est peut-être tranquilles… Mais par prudence, on met le plan B à exécution : on efface la fin du plan de vol. On avait une mission sur Echoera où on a ramassé des échantillons de cristaux d’agritite.

    - Ok, en gros, on vole l’air décontracté ! » murmura Syndël qui était loin de l’être.

      La navette ne dévia pas de sa route. Le croiseur s’était arrêté et semblait l’attendre, comme un prédateur prêt à fondre sur sa proie. « Tu délires ! » songea Johanne.

    « Navette Iridium, d’où venez-vous ? Quelle est votre destination ? »

      Le message sur la fréquence publique les fit sursauter. Johanne se pencha vers le micro.

    « Nous venons d’Echoera, où nous avons fait des relevés d’agritites à destination de l’université de Baire.

    - Transmettez les codes identifiants des deux passagers humains. Utilisez le canal B958.

    - Transmission effectuée.

    - OK. Miss Forman et miss Lanoris. Le secteur est dangereux en ce moment. Des révolutionnaires ont mené plusieurs raids ces derniers jours. Ils sont de plus en plus violents. Ils ont kidnappé deux équipes de chercheurs la semaine dernière. On va vous faire escorter jusqu’à l’astroport de Baire. Restez bien entre les deux chasseurs. »

      Les deux filles tressaillirent.

    « Qu’est-ce qu’on fait ?

    - On n’a pas le choix, Syndël ! On va sur Baire. »

     11 - 2

     

    Suite du chapitre 11


  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Août 2013 à 10:18

    J'adore la 1ère image, on s'y croirait !

    «on vole l'air décontracté !»
    oui, garde bien tes distances surtout, mais pas trop ouvertement...

    bon, quelles têtes brûmées quand même ces deux super nénettes ! je sens que Sham va être encore obligé de voler à leur secours ! pourvu que l'autre affreux ne se trouve pas sur Baire !!!

     

    2
    Mardi 24 Septembre 2013 à 21:39

    Tant qu'elles n'attirent pas les soupçons ça va ! Espérons qu'ils les laissent tranquilles une fois arrivés à Baire...

    3
    Jeudi 8 Mai 2014 à 09:59

    C'est le même décor que Choute a utilisé. Du coup, je suis allée vérifier et il y en a un qui ressemble au fond bien que plus sombre : Indigodeep. ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :