• 13 - 1

      Assis aux commandes du Hook, Donatien ne décolérait pas. Il ne parvenait pas à accepter ce qu’il avait appris. Inconsciemment, il cristallisait sur la jeune femme toute l’angoisse et la colère que le récit de Calv avait provoqué.

      À ses côtés, Jean-Loup Montjoie était partagé entre la colère et le soulagement. Il aurait voulu détruire Amalric lui-même. Il aurait voulu épargner à sa fille cette épreuve supplémentaire. Tout se terminait bien, mais à quel prix ?

    13 - 1

     

    - Bon sang ! explosa encore Donatien. Elle n’a donc rien dans le crâne ? Trois fois ! Ça fait la troisième fois qu’elle me fait un coup pareil et que je dois aller la chercher jusque dans les griffes d’Amalric ! »

      Jean-Loup songea avec tendresse que son adorable fille était exactement comme Wendy, peut-être même pire ! Elle paraissait au moins aussi téméraire et elle avait décidément le même chic pour mettre “son” homme en colère… Ils avaient quitté Sobolev depuis deux heures et Don ne pouvait tenir plus de cinq minutes sans s’énerver contre Johanne.

    - En fait, la première fois que je l’ai vue, elle avait perdu connaissance, tellement il lui avait fait du mal ! À croire que ça lui plaît ! »

      Jean-Loup posa une main apaisante sur le bras de son jeune ami.

    - Cesse donc de ruminer ta colère ainsi ! Tu n’y changeras rien de toute façon. Sa mère est exactement comme elle ! Tout ce que j’ai gagné à vouloir la contrôler, c’est de la pousser à prendre davantage de risques. Je l’ai perdue pendant treize longues années !

      Le jeune homme haussa les épaules, buté.

     

    - Veux-tu aller la rejoindre, Donatien ? proposa Jean-Loup. Je suis entièrement capable de m’occuper de cet engin, tu sais !

    - Non.

    - Pourquoi donc ?

    - Tout simplement parce que si je me trouve seul avec elle, dans l’état de colère où je suis, elle risque de regretter la douceur d’Amalric !

      Jean-Loup hocha la tête en soupirant.

    13 - 1

    - Dans ce cas, j’aime autant que tu restes ici ! J’ai failli tuer Wendy, un jour de colère… »

      Lorsque le Hook se posa dans la cale principale du Dragon, Jean-Loup et Sham constatèrent qu’il y avait de nombreux vaisseaux amarrés. Camille était arrivé quelques minutes avant eux. Il les attendait.

    - On est en retard, papa ! Suite à la découverte de Jo’, Altaïr a organisé une réunion au sommet. Les différents chefs de groupe sont là. Elle a même réussi à convaincre les deux autres chefs de la résistance : le général Ralf Stens et Phylia Hardt sont là. Il ne manque plus que nous.

      Donatien hocha la tête.

    - Vas-y Jean-Loup, je vous rejoins ! »

    13 - 1

     

      Quelques instants après, le visage dissimulé sous son masque noir, le commandant Sham pénétra seul dans la grande salle de conférence où une vingtaine de personnes était déjà installée autour de la table de réunion.

    - Bonjour, Sham ! lança Wendy avec un sourire. Johanne n’est pas avec toi ?

      Donatien serra les mâchoires.

    - Elle est épuisée ! lâcha-t-il simplement.

      Camille murmura quelques mots à l’oreille de Syndël qui fronça les sourcils. Elle se leva.

    - Je sais par quoi elle est passée, Sham. Mais sa présence est indispensable ! insista Wendy, étonnée. C’est sa découverte, elle doit nous expliquer de quoi il retourne exactement.

    - Donne-moi le passe ! intervint Syndël, je vais aller la chercher.

      Donatien hésita une fraction de seconde mais le regard de la chanteuse le mettait au défi de refuser. Il lui tendit la carte magnétique de mauvaise grâce. Ce n’était pas le moment de faire un esclandre. Si Altaïr avait besoin d’elle…

    - Donnez-moi dix minutes !

      Syndël partit en courant. Lorsqu’elle ouvrit la porte de la cabine où son amie était enfermée, elle poussa un petit cri. Johanne était en train d’enlever ses vêtements tâchés de sang. Vu les grimaces de douleur qui déformaient son visage, ce n’était sans doute pas facile. Elle se retourna brusquement, l’air furieux, puis sourit en reconnaissant Syndël.

    13 - 1

     

    - Salut, Syndël !

      Celle-ci secoua la tête, atterrée à la vue de son visage ensanglanté.

    - Dis-moi que ce n’est pas Sham qui t’a fait ça !

    - Non, c’est le sang d’Amalric. Don était vraiment hors de lui, mais il s’est retenu. Mais l’interrogatoire de ce salopard m’a laissée moulue… murmura Johanne en nettoyant son visage.

      Syndël l’aida à enfiler ses vêtements.

    - Nous sommes attendues ! pressa Syndël comme son amie se laissait tomber sur sa couchette. Ta mère a réuni une conférence au sommet pour parler de ta découverte.

    - De notre découverte ! corrigea Johanne. Sans toi…

    - Si tu veux, mais je n’y comprenais pas grand-chose ! Bref, Altaïr veut absolument que tu sois là. Par contre, ton Don…

      Johanne haussa les épaules.

    13 - 1

     

    - Je ne suis pas sûre que ce soit encore « mon » Don…

    Suite du chapitre 13


  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Mai 2014 à 18:00

    Euh... Malgré les circonstances, il y a intérêt que ça reste "son" Don !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :