• 3-1

     

    3-1

     

    - Tu avais raison de nous envoyer sur Yperis, Sham. souffla Arkab en lisant un message crypté. Quand y serons nous ?

    - Dans un peu moins de deux jours standards. Mais j’ai quand même une inquiétude.

    - A quel propos ?

    - Cette fille, soi-disant Johanne Paresc. Crois-tu qu’elle ait pu embobiner Hassan ?

    -  Embobiner Hassan ?

    - Après tout, pour une fille un peu rusée d’une vingtaine d’années, il ne doit pas être difficile de prendre un homme de cet âge par les sentiments, surtout si elle correspond à la description enthousiaste qu’il en a faite !

    - Tu sais, je ne crois pas que Loumé serait de son avis, dans ce cas !

    - Venegas nous a bien tous dupés depuis deux ans !

    -  Cesse ta parano ! Tu sais bien qu’on peut vérifier qu’il s’agit bien de la fille de Wendy Paresc !

    - Evidemment. Sa mère savait être toujours sur le fil du rasoir. Avant de disparaître, elle avait confié à Vega  que c’était l’enfant qui détenait une partie du secret de son refuge. Pour la reconnaître, elle doit avoir un tatouage en forme de dragon dans son dos.

    - C’est bien ce qui me semblait. Ce sera donc à toi de vérifier qu’elle dit vrai, mon vieux ! »

       Comme prévu, le grand croiseur interstellaire des révolutionnaires arriva à proximité de la planète Yperis deux nuits après avoir reçu le message de l’archéotech’. La présence d’un vaisseau amiral de l’Union l’obligea à rester dissimulé dans l’ombre de la lune noire.

       Arkab resta à bord, tandis que Sham descendait seul avec un chasseur furtif jusqu’à la surface de la planète pour prendre contact avec Hassan. Un champ de bataille l’attendait. Le chantier avait été bouleversé. Un cratère noirci béait à la place du bunker découvert par les scientifiques  et les cadavres des membres de la mission jalonnaient le sol. Avec désespoir, Sham reconnut Loumé et plus loin, Hassan, qui respirait encore. Il tomba à genoux auprès du vieil homme.

     - Hassan ! Oh mon Dieu !

       Le vieil homme ouvrit les yeux avec difficulté, le visage crispé par la souffrance.

     

    3-1

     

     - C’est toi, mon petit Sham ! murmura-t-il. Ils ont tout détruit, sauf le plus important ! Sous le rocher rouge… Là-haut… Les documents que… j’ai cherchés toute ma vie… Prends-les ! Et va sauver… la fille… de Wendy ! Elle pourra les déchiffrer ! Fais-lui… confiance !

     - Ne parle plus ! coupa Sham, un sanglot dans la voix. On va te soigner !

     - Inutile, mon garçon. Je veux rejoindre Loumé. Ils l’ont fusillée devant moi, mais je n’ai pas parlé. Va vite la… chercher ! Amalric va lui faire du mal… Il avait ce regard de fou dépravé ! Cours… Je t’en supplie…

       Sham ferma les yeux quand le vieil homme expira dans ses bras. Il se redressa brusquement.

     « Vous là-bas ! Plus un geste ! »

       Les deux sentinelles laissées par Amalric avancèrent vers lui, le blaster braqué sur son crâne. Il les laissa approcher, à l’affût. Dès que le plus proche fut à portée, il tira en plongeant au sol, évitant leurs rayons paralysants. Il fit mouche deux fois, songeant à Loumé et Hassan lorsqu’ils s’effondrèrent sans vie.

       Le cœur broyé par la rage et le chagrin, il récupéra les disques de données dissimulées par Hassan avant de rejoindre le centre de la colonie minière. Devant l’entrée du motel, le gérant tenait tête à un administratif de la mine.

     « Le colonel Amalric ne reçoit aucune visite. Il est avec la fille qui espionnait les traitres de la mission pour son compte ! Même qu’elle doit sans doute prendre une sacrée raclée vu le ton avec lequel elle lui parlait. Elle l’a accusé d’avoir tué des innocents et détruit un témoignage du passé ! Vous vous rendez compte ? Elle essayait de lui échapper tout en l’insultant ! Je serais le colonel, elle regretterait d’avoir prononcé de telles paroles ! Les bonnes femmes doivent respecter les hommes, vous croyez pas ? Leur place, c’est à la cuisine, et au lit ! »

       Sham pianota quelques mots sur son comlink.

     

    3-1

     

    Il avait besoin d’une diversion. Amalric était un personnage important de l’Union, donc surprotégé. Dix minutes plus tard, une escouade quitta le motel en trombe, Amalric au milieu finissait de boutonner la veste de son uniforme.

       Le gérant sursauta lorsqu’il reconnut le masque de celui qui pointait un blaster sur sa tête.

     « Numéro de chambre d’Amalric ? »

     L’homme balbutia une réponse et il expédia le bonhomme au pays des rêves d’un coup de crosse malgré son envie de lui arracher la tête. Il monta en courant à l’étage et entendit des cris de terreur étouffés provenant de la première chambre, des sons mats, la chair heurtant la chair. Sham s’approcha sans bruit de la porte de la chambre et appliqua son oreille contre le panneau de bois. Il entendit des gémissements étouffés, entrecoupés de sanglots, une voix rauque qui suppliait. Il frappa doucement à la porte.

     « Le colonel revient s’occuper de toi, salope ! Tu verras, tu vas finir par aimer ça et en redemander ! » fit une voix narquoise tandis que le gémissement se faisait plus sourd.

       Un soldat de l’union à demi-nu vint ouvrir et Sham l’exécuta, sans état d’âme.

       La jeune femme gisait à même le sol, entièrement nue. Sur sa peau, de nombreuses meurtrissures et des traces de sang trahissaient les coups et même les morsures qu’elle avait reçus. Elle pleurait doucement, inconsciente de ce qui s’était passé à la porte. Lorsqu’elle se recroquevilla sur elle-même, Sham resta figé, fasciné par le dos de la jeune fille : un splendide dragon vert déployait ses ailes sur sa peau. C’était donc vrai…

     

    3-1

     

    Suite du chapitre 3


  • Commentaires

    1
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 00:40

    Putain mais arrête de torturer tes héroïnes, c'est une maladie ou quoi >.< La pauvre fille, et les pauvres personnages secondaires ! Monstre !!! XDDDD

    2
    Kallaria Profil de Kallaria
    Mercredi 6 Février 2013 à 15:38

    +1 après on dit que je suis sadique u___u la pauvre Johanne é_______è

    3
    Ness Profil de Ness
    Dimanche 17 Mars 2013 à 02:17

    Oh non, je suis trop triste que Hassan soit mort ! Il était gentil é__è Quant à Johanne, décidément elle en voit de toutes les couleurs...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :